legrenier : toute la nostalgie du futur, avec de vrais morceaux de passé

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Xanadu

Fil des billets

lundi 8 octobre 2007

Ted Nelson et l'hypertexte au Cube : il y croit toujours !


Ted Nelson est une légende bien plus vivante qu'Elvis ! A soixante-dix ans, l'inventeur de l'hypertexte considère toujours son système inachevé Xanadu supérieur au World-Wide Web, comme il a pu le rappeler lors d'une soirée organisée le 2 octobre au Cube d'Issy-les-Moulineaux.

Lire la suite...

samedi 7 juillet 2007

"Désolé, je suis parti trop tôt..."

Christophe Colomb, trop pionnier quelque partDans le domaine de l'innovation comme dans celui de l'amour, adopter le bon timing est chose capitale. Concentrons-nous sur l'innovation (vous trouverez pas loin d'ici tout un tas de blogs consacré à l'amour), j'entame aujourd'hui une liste de pionniers et d'inventions géniales et qui, pourtant, n'ont pas rencontré le succès escompté. Faute de rencontrer leur public.

Lire la suite...

lundi 5 février 2007

Ted Nelson : roi mythique en son palais Xanadu

Ted Nelson himselfAujourd'hui je vais tenter de vous parler d'un mec vraiment barré, d'un pionnier qui a vu le futur, mais avec les lunettes de travers sur le pif. Un destin tragique, bien qu'il ne soit pas encore décédé et croit encore dur comme fer avoir les bonnes lunettes. Ted Nelson est rien de moins que l'inventeur de l'hypertexte dès 1965 lors de la 20ème conférence nationale de l'Association of Computer Machinery (« Une structure de fichiers pour le complexe, ce qui change et les intermédiaires ») (1). Rien qu'avec ça au tableau de chasse moi je veux bien aller me coucher et laisser la place aux jeunes. Mais Nelson ne s'est pas contenté de forger un néologisme, il a imaginé tout le système technique et documentaire qui va avec.
« Par hypertexte, j’entends simplement écriture non séquentielle. (...) Il y a deux arguments essentiels en faveur de l’abandon de la présentation séquentielle. Le premier est qu’elle dégrade l’unité et la structure du réseau du texte. Le deuxième est qu’elle impose à tous les lecteurs une seule et même séquence de lecture qui peut ne convenir à aucun. » (2)

Lire la suite...