Un non événement. Voilà à quoi se résument aujourd'hui les grands lancements de console.
On en parle des mois à l'avance. On fixe une date de lancement. On se trouve un grand magasin qui accepte d'ouvrir toute la nuit pour les dingues qui sont prêts à faire le pied de grue pendant des heures (en l'occurrence cette fois-ci c'était la Fnac des Champs-Elysée). Et puis le jour dit, plus rien, pas une console à toucher ou à emporter, pour peu que l'on n'ait pas pré-réservé trois mois plus tôt. La question posée à la petite vendeuse de la Fnac semble presque obscène : "non, nous n'en avons que pour ceux qui ont pré-réservé ; mais commandez-en une aujourd'hui, nous devrions en recevoir bientôt, très bientôt, mais je ne peux pas vous en dire plus." Tout cela dit sur le ton de la conspiration, comme si nous étions engagés dans un délit d'initiés.