Les lignes qui suivent ont été écrites par Jean-Pierre Meinadier, (alors directeur de Ingénierie informatique SA), pour l'ouvrage collectif L'informatique, Larousse, 1976 (Encyclopoche Larousse).

1976

Un quart de siècle après l'apparition du premier ordinateur commercialisé, l'évolution de l'architecture des systèmes informatiques reste extrêmement rapide sous l'impulsion des progrès techniques, malgré un certain ralentissement. Celui-ci est dû, d'une part à la réticence des utilisateurs à toute nouveauté qui impliquerait la reconversion de leurs programmes, d'autre part aux politiques commerciales prudentes des constructeurs dans un marché qui reste dominé par le groupe IBM.
S'il est difficile de décrire aujourd'hui le système informatique des années 80, on peut imaginer les composantes majeures de l'évolution qui y conduira.

Dans la lancée de la miniaturisation de l'électronique, l'apparition vers 1974 des microprocesseurs (petites unités centrales d'ordinateurs tenant sur un seul circuit intégré), et de mémoires à semi-conducteurs a permis ou permettra de réduire considérablement d'abord le coût des calculatrices de bureau, puis celui-des mini-ordinateurs et par la suite celui des gros ordinateurs dans la mesure où on saura les construire par assemblage de tels composants. En ce qui concerne les grands ordinateurs, cette réduction de prix s'accompagnera principalement d'une augmentation des performances par le développement de techniques de parallélisme et d'accroissement de disponibilité par application de techniques de redondance et de tolérance aux fautes. Pour les petits systèmes, la base (baisse ?) de prix aura pour principale conséquence qu'on ne sera plus tenté de les utiliser en machines universelles pour mieux les rentabiliser. On verra donc apparaître des machines consacrées à une application unique, le logiciel pouvant alors être « durci » sous forme de microprogramme figé dès lors qu'il répondra à un large marché.

Les techniques de télécommunication numérique et la définition de protocoles d'échange entre ordinateurs favoriseront la réalisation de grands réseaux publics ou privés répondant notamment aux besoins de répartition d'applications sur plusieurs ordinateurs de marque, de taille et de localisation différentes, ou de partage de données entre plusieurs applications.

Outre l'adaptation aux nouvelles architectures où les différentes fonctions du système seront prises en charge par des processeurs spécialisés, les systèmes d'exploitation fourniront de meilleurs services :

  • en matière de disponibilité, où ils permettront des reconfigurations automatiques avec élimination des éléments en panne et sans interruption des traitements en cours ;
  • en matière d'aide à l'exploitation, qui nécessitera de moins en moins de connaissances informatiques, la complexité croissante du système restant transparente à l'exploitant ;
  • en matière de gestion de bases de données et de support de réseaux d'ordinateurs ;
  • en matière de virtualité, l'utilisateur n'ayant plus à se préoccuper des limitations de la machine, notamment de la gestion de la hiérarchie de mémoires.

L'informatique de demain sera ainsi plus répartie. La plupart des applications seront traitées localement à partir de petits ordinateurs souvent spécialisés qui seront généralement connectés à des réseaux afin d'y trouver puissance de calcul supplémentaire et accès à des banques d'information.

2007

Pas mal de tendances lourdes sont déjà en place : les réseaux, la virtualisation et l'informatique répartie, les microprogrammes, la complexité de plus en plus transparente, la réticence des utilisateurs pour renouveler leur équipement... Bien qu'on puisse en retrouver certains prémices notamment au travers des allusions à la miniaturisation, la grande absente est la micro-informatique. Nous nous situons au milieu des années soixante-dix, et si le Micral est apparu dès 1973 en France, il faut bien reconnaître que ce pan de l'informatique est encore embryonnaire. Question subsidiaire : de quand date la première apparition du terme « micro-informatique » ?