Très belle affiche donc avec, sans aucun ordre, ni même celui d'apparition à l'écran : la sulfureuse Orianne Garcia, le barbu roux Michel Meyer, le Transférable Christophe Agnus, l'Imaginaire Patrick Robin, le très « madame Michu » Jean-Michel Billaut, le rongeur Rafi Haladjian, Loïc « ensemble tout est possible » Le Meur, l'agrégable Jérémy Berrebi, sans oublier un certain Jacques Chirac dans son propre rôle (« mais qu'est-ce qu'ils appellent la souris ? ») et tout un tas d'analystes financiers pour coincer la bulle.

« c'est çà que je veux faire ! »


Petit tour des impressions fondatrices qui n'est pas pour déplaire à legrenier, avec un Rafi Haladjian au ton très juste : « Je ne sais pas ce que c'est, mais c'est çà que je veux faire ! » Le çà de Rafi devient fin 1994 FranceNet, un des tous premiers fournisseurs d'accès français. Suivi de très peu par Imaginet et la première offre d'accès au Net par forfait.
Mais le premier à véritablement souffler dans la bulle est Jim Clark lorsqu'il introduit en Bourse le petit bijou de Marc Andressen, Netscape, en août 1995. Il mise sur des actions à 12$ chacune, celles-ci cotent à 71$ lors de leur introduction.
Et c'est dès 1996 que la Bulle commence à se développer. E-Bay et Yahoo! suivent en Bourse Netscape avec succès. L' Internet Report de la banque Morgan Stanley vient éveiller la conscience révolutionnaire des investisseurs de la planète. Même Alan Greenspan, le président de la Banque centrale américaine, retourne sa veste pour annoncer une « nouvelle économie ». Rien de mieux pour se donner un vernis de respectabilité.

Le Minitel ancêtre de Google


Pendant ce temps-là, ça patine sur Minitel. Patrice Magnard, fondateur d'Alapage, fait remarquer très justement que son ergonomie austère quoique simple pourrait le faire passer pour un ancêtre de Google. Mais le Minitel nous retarde, surtout du fait de l'amour – intéressé – que lui porte France Télécom, notre national opérateur. Wanadoo, l'offre Internet de FT, arrive en 1996 « deux ans après les pionniers » (Christophe Agnus) et depuis, force est de reconnaître que l'opérateur a su conserver avec brio cette position. Puis vient en août 1997 le discours capital de Jospin à Hourtin (malgré ce que peuvent en penser certains témoins du documentaire) lançant le Programme d'action gouvernementale pour la société de l'information (Pagsi). Le Minitel est toujours bien ancré dans le paysage puisqu'à la fin de l'année il rapporte encore 1 milliard d'euros alors que le commerce électronique peine à se développer sur le Net. Mais les capitaux-risqueurs engrangent pendant ce temps les fonds considérables confiés par les retraités du Baby-boom.
Après un été euphorique dû à la victoire de la France en Coupe du monde de Football, les 120 millions de francs atteints par la vente d'Imaginet à Colt Telecommunications en fin d'année échauffent sérieusement les esprits. Les « capitaines d'industrie » (moi aussi j'ai le droit d'employer des clichés) montent à l'assaut : Bernard Arnault fonde Europ@web pour investir lourdement dans la nouvelle économie.


Quand l'Internet fait des bulles - première partie (53 minutes)


Funky business dans le sauna


1999 sonne l'heure du « Funky business » et lors des « First Tuesdays », les investisseurs rencontrent les porteurs de projet autour de trois slides de Powerpoint et dans une ambiance de Night-club propice aux projections stratégiques. Rien ne sortira signé de ces soirées mais, comme le confie un des témoins, elles étaient tout à fait propices à la drague (cela nous rassure). Notons au passage un second rôle de toute importance dans cette épopée : la présentation Powerpoint. On commence a « burner » grave les sous-sous fournis par les investisseurs pressés, quelques start-ups s'installent dans la pépinière Republic Alley et beaucoup de journalistes viennent les voir. Chirac n'a pas sa carte de presse et pourtant il rend lui aussi visite aux audacieux, histoire de rattraper l'histoire du mulot. C'est aussi l'époque de la création de la mythologie, avec le "friday wear", les baby-foot, jeux vidéos et autres salles de sport directement installés dans les sociétés. On apprend au passage dans ce documentaire décidément démystificateur que le fameux sauna de Spray n'a jamais existé ! Sauna ou pas, Spray rachète le Caramail d'Orianne Garcia au début 2000 pour près de 100 millions d'euros : une nouvelle borne sur la route de la ruée francophone vers l'or. De son côté, Wanadoo poursuit sa stratégie du « banc de poissons » et rachète à tout va start-ups et sociétés plus installées (Alapage, Marcopoly...). Début mars, Multimania est introduit en Bourse, avec 70 fois plus de demandes que d'offre. Les petits poissons s'agitent, les valorisations deviennent excessives au même titre que les pertes. Rafi Haladjian nous confie d'ailleurs une de ses activités de l'époque, le Day trading : acheter et vendre une boîte en moins de 45 minutes et se coucher le soir en n'ayant conservé que du cash. Le comble de l'ultra-capitalisme, en somme (« une espèce de jubilation du dégueulasse », selon Rafi.


La convergence... vers le crack


Les gros poissons sont également à la manoeuvre. Début 2000, AOL rachète Time Warner (la victoire du brick sur le mortar). Ce qui donne des idées de convergence au fougueux Jean-Marie Messier (Vivendi-Universal). Dans une sorte de panique, Messier cherche la réplique parfaite à AOL et créé le premier méga-portail de la convergence complètement artificiel (attention aux courants d'air) : Vizzavi (Abacar Diop, gérant du cyber-café Visavis sera bien le seul à apprécier l'aventure puisqu'il tirera 4 millions d'euros de l'aventure). Pour doter tout de même son portail d'un public, Messier achète à prix d'or (182 millions d'euros) Ifrance à Marc Simoncini, futur patron de Meetic.
Mars 2000 encore, le Clic d'Or est remis à Clust, une toute jeune start-up d'achat groupé, dans un ambiance cacophonique (négos permanentes, mobiles vissés à l'oreille...) que Benjamin Rassat, le réalisateur considère comme prophétique. 48 heures plus tard, l'emblématique Boo.com, burner en chef, dépose son bilan au bout de neuf mois d'existence. Le 4 avril, c'est Microsoft lui-même qui fait parler de lui négativement en perdant son procès pour abus de position de dominante. Le Nasdaq s'effondre et les faillites traversent l'Atlantique.


Réveil !


Sept ans plus tard, il se dégage une certaine impression de vide de toute cette effervescence. Bien sûr, tout un tas d'entrepreneurs sont toujours là et certains tiennent même le haut du pavé (Le Meur, Simoncini...). D'autres sont passé du B2C (Business To Consumer) au B2C (Back To Consulting). Le commerce électronique est né véritablement de cette période. Mais sur le fond, la vague marketing du Web 2.0 semble bien plus annonciatrice de nouvelles pratiques et partages, de concepts novateurs, que cette période dorée. La fascination pour l'argent se fait plus discrète aujourd'hui. Hypocrisie, rétorqueront certains. Au travers des blogs, wikis et autres aggrégateurs, le document et les communautés semblent reprendre le dessus. La Bulle 1.5 apparaît alors comme une parenthèse un peu folle, un délire capitalistique, mais dont l'impact se fait néanmoins toujours sentir.


Quand l'Internet fait des bulles - deuxième partie (53 minutes)


Post-scriptum
: Un grand merci à Philippe Nieuwbourg, président de l'association Antememoire et organisateur du Musée de l'histoire de l'informatique professionnelle, pour avoir proposé cette soirée de projection et de rencontre avec le réalisateur. Cela m'a permis de reprendre deux fois l'ascenseur de l'Arche de la Défense (maman vertige!). A quand un ciné-club des nostalgiques des technologies de l'information ?