Si Actuel n'a pas survécu, il a pourtant eu le temps en cette première moitié de décennie 90 de nous affranchir sur quelques concepts qui allaient bon gré mal gré se concrétiser. Pour l'anecdote, je me souviens à cette époque de la fascination pour la réalité virtuelle - et évidemment pour le cybersexe ! Le gourou de l'époque était Jaron Lanier (je viens de retourner sur sa page perso, c'est qu'il n'a pas changé de tronche, ce type serait-il virtuel ?). Je m'imaginais dans les années 2005-2006 chassant les mouches dans mon garage, sanglé de cuir et en communication avec de sublimes femmes distantes, ben c'est pas encore gagné !

première incursion dans le cyberespace

Cette longue introduction (oui je sais) juste pour vous laisser imaginer que la marmitte commençait à chauffer, à cette époque. Et voilà-t-y pas que ce jeune journaliste hype Ariel Wizman (devenu depuis présentateur complètement mainstream) se fend d'un assez long papier pour décrire sa première incursion dans le cyberespace. Il utilise pour cela le « kit de connexion » (le terme viendra plus tard) du « fournisseur d'accès » (idem) Calvacom, un des pionniers en France (avec WorldNet et FranceNet). Petit rappel sur les coûts, pour ceux qui avaient oublié la douloureuse : « 200 francs de frais d'ouverture + 90 francs de l'heure de connexion » !

« Aller sur Internet, l'autoroute digitale qui traverse les Etats-Unis sans se fermer au monde, c'était prendre la voie royale de la société de l'information, et suivre la vingtaine de millions d'initiés qui avaient compris que tout se passait là. » Voici pour un bout de style. Quant à l'histoire, c'est celle d'un type qui se connecte à l'Internet, la tête dans les utopies SF de l'époque, les doigts coincés dans le modem : « ... le nombre de paramètres susceptibles de me faire passer à côté de la démocratie électronique, et de l'illumination rhizomatique est proche de l'infini. » Parvenu à franchir les portes du Nirvana virtuel, notre brave journaliste tombe sur des multitudes de sommaires. « Où est le sommaire pour les mecs qui ne savent pas quel sommaire choisir ? », écrit-il, dans un accès de clairvoyance sur ce qui allait faire la bonne fortune de Google.

un peu de sexe

Dans ce voyage, on parle de liberté d'expression (EFF, Electronic Frontier Foundation), de communautés (Well, Echo...), de « citoyenneté Internet » et un peu... de sexe : « Alerte aux connectés sur le serveur (américain) EFF : une liste de fichiers pornos à effacer d'urgence, sous peine de poursuites fédérales. » (voilà donc à quoi servait le FBI à l'époque, juste avant de s'attaquer aux phénomènes paranormaux dans les X-files).

Parvenu à la fin de l'article, le jeune lecteur d'Actuel se dit « putain, même si je ne sais pas trop ce que j'irai y faire, qu'est-ce que j'aimerais me perdre moi aussi dans les méandres de ce nouvel espace insondable... » Une grosse dizaine d'années plus tard, l'ex-lecteur d'Actuel relit le papier et comprend que – grosso modo – Ariel Wizman n'avait fréquenté à l'époque que les groupes de news du réseau Usenet ! Il cite à un moment le protocole Wais (disparu depuis), mais rien concernant Gopher, FTP ou Telnet. Encore moins sur le World-Wide Web. Et pour cause, le protocole HTTP commençait juste à se développer à l'époque de l'article, grâce à un petit logiciel, Mosaïc, qui allait donner naissance à Netscape. Mais ceci est une autre histoire...

Cliquez ici pour lire l'article (fichier PDF) dans son intégralité.

Ma collection d'Actuel en photos