réseaux

Nomade aux Tuileries

Le sous-verre Nomade

C'est en rangeant tout un bazar que je retombe sur cette petite perle que je voulais m'empresser de numériser et de montrer à la Blogosphère entière avant que les termites ne fassent leur triste besogne. Ce sous-verre a été distribué lors d'un pique-nique très sympa organisé par Nomade aux  […]

Lire la suite

Ma révolution de 1994

« A l'époque du Web 2.0, de l'information collaborative, des réseaux sociaux, l'industrie de l'information semble perdre un peu ses repères. Assistons-nous à une évolution ou une révolution ? »
C'est la question que me posait un étudiant lors de la remise des prix I-Expo 2008, à l'occasion d'un petit événement organisé pour célébrer les "trois ages de l'information". Voici ma réponse, sous forme de témoignage.

Lire la suite

L'origine du Wifi

Dans le cadre de fouilles dans le sous-sol russe jusqu'à 100m de profondeur, les scientifiques russes ont trouvé des vestiges de fil de cuivre qui datait d'environ 1000 ans. Par provocation les Russes en ont conclu publiquement que leurs ancêtres disposaient déjà il y a 1000 ans d'un réseau de  […]

Lire la suite

Une Mygale dans mon verre de bière

Logo de l'hébergeur Mygale.org

Logo de l'hébergeur Mygale.orgMercredi dernier, j'ai eu le privilège de participer au premier Wasp Café qui s'est déroulé à Urbi et Orbi, un bar pas très loin de la Bourse. La particularité de cette manifestation n'est pas de rassembler de jeunes blancs anglo-saxons et protestants (je ne corresponds plus qu'à un seul des critères précédents), mais plutôt d'inviter les développeurs/concepteurs/chefs de projets volontaires et « awares » à venir boire un verre autour des concepts des standards et dans une moindre mesure de l'accessibilité. Tout cela sous l'égide de la branche française du « Web standards project ».
Alors que je discutais avec l'un des organisateurs, Aurélien Lévy, et que nous évoquions justement la mode actuelle des rencontres entre acteurs du Web, je me suis pris un flash de dix ans dans la vue et me suis retrouvé au Sous-Bock Taverne pour une des premières rencontres de la jeune communauté Mygale.

Lire la suite

Bulle 1.5 : le jour où la nouvelle économie a fait pchiiiiiiit

On l'appelle le « rodeur » dans le Prisonnier. Sur Internet, l'appellation de « kraken » conviendrait mieux, tant le crack boursier de mars 2000 semble avoir marqué notre histoire récente. Il est encore trop tôt pour en évaluer la portée réelle sur l'histoire des réseaux, des usages et de la consommation, mais l'idée de charnière historique ressort du documentaire de Benjamin Rassat, Quand l'Internet fait des bulles, diffusé récemment sur la chaîne 13ème rue et que vous pouvez suivre en intégralité depuis ce billet. Le réalisateur enfonce d'ailleurs le clou en présentant chacun de ses interlocuteurs avec leur affiliation « Web 1.0 » et « Web 2.0 ». Les acteurs ayant conservé la même casquette entre les deux époques n'étant pas les plus nombreux.

Lire la suite

J'ai la grosse tête !

Grosse tête (Topor)

Si vous avez cinq minutes à perdre entre deux réunions / projets / verres / sudokus, ne manquez pas le Quizz du Journal du Net : "Connaissez-vous l'histoire d'Internet". Dix courtes questions pour vérifier en cachette que vous êtes capable de tenir votre rang en société (de geeks). Sachez  […]

Lire la suite

Recherche sur le Net : le JDN n'oublie pas le passé

Le Journal du Net, bien que branché sur le business du Net, n'en oublie pas de faire régulièrement des retours en arrière bien salutaires. Usant astucieusement du diaporama (le tour du sujet en quelques écrans, bien utile si vous êtes un nostalgique stressé), le magazine en ligne évoque cette fois « plus de 15 ans d'histoire des moteurs de recherche Web ».

Lire la suite

Gretel : Michel Landaret apporte ses précisions

Ecran de minitel

Ecran de minitel« Décidément ce minitel laissera des souvenirs .... »
Contacté par nos soins, Michel Landaret a eu la gentillesse d'apporter un certain nombre de précisions quant à la création involontaire du premier service de messagerie sur Minitel, un détournement que nous évoquions dans notre précédent billet : « L'origine cachée du minitel rose ».
Les deux sources que nous utilisions dans ce billet auraient quelque peu « romancé » son témoignage, selon les dires de celui qui était à l'époque responsable de Gretel, un des premiers services minitel à l'initiative des Dernières Nouvelles d'Alsace.

Lire la suite

L'origine cachée du Minitel rose

Affiche pour le Minitel rose

Affiche pour le Minitel roseVous n'êtes pas sans vous souvenir de la floraison de publicités, au milieu des années quatre-vingts, pour les messageries roses, popularisées quelques années plus tard par le fameux « 36-15 Quinenveut » des Deschiens. Le sommet avait d'ailleurs été atteint à l'été 86 par une grande affiche représentant tout simplement... une moule ouverte !
On sait moins en revanche que le modèle technique de la messagerie n'avait absolument pas été prévu par les initiateurs du Minitel à la DGT (Direction générale des télécommunications).

Lire la suite

Mosaic de souvenirs

Mosaic

MosaicBack in 1994. A cette époque, pour se connecter au Net depuis une université, il faut monter une carte réseau Ethernet, installer ses pilotes, puis la pile TCP-IP, également appelée en anglais « socket ». Cette dernière permet à votre micro autiste de se mettre à communiquer avec les serveurs de la Terre entière, par le biais de la novlangue técépéipé. S'offrent à vous alors une multitude de serveurs Telnet en mode ligne de commande, de copieux FTP regorgeant de fichiers abscons, la messagerie mondiaaale sans vraiment avoir d'annuaire... Bref, pleins de trucs super, mais rapidement un peu... chiants.

Lire la suite

Voila enterre son (les) annuaire(s)

Un cimetière

Un cimetièreC'est officiel depuis la fin de la semaine dernière, Voila arrête son Guide. Bon, ce Guide lancé en mai 1996 par France Télécom sous le nom de Youpi (tout de même, ce qu'on a subi !) n'a jamais été vraiment classé parmi les plus complets ni les plus consultés. Mais cette disparition intervient après de nombreuses autres : Yahoo (escamoté ?), Lycos, Alice (ex-Tiscali et surtout ex-Nomade).

Lire la suite

Do you (still) Yahoo ?

Yahoo en 1996 : une certaine simplicité que l'on retrouvera deux ans plus tard chez Google

Yahoo en 1996 : une certaine simplicité que l'on retrouvera deux ans plus tard chez GoogleUn récent reportage du Journal du Net consacré aux « origines de Yahoo! » m'a soudain projeté près de 13 ans en arrière, aux premiers jours de la recherche sur le Net. Je ne sais plus comment j'avais pu avoir vent de l'URL de ce qui n'était encore qu'une liste de liens : http://akebono.stanford.edu/yahoo. Akebono pour le mystère (je ne saurai que plusieurs années plus tard que c'était le nom d'un célèbre sumotori et que cela signifiait "aurore" en japonais), Stanford pour la classe et le prestige, Edu pour le sérieux et, enfin, surtout, Yahoo! pour le fun.

Lire la suite

[ Futura ] : « au bout de trois erreurs nous faisons feu »

En pleine conversation sur Futura ?

En pleine conversation sur Futura ?Prolongeons aujourd'hui notre incursion dans les premières communautés virtuelles françaises avec le cas Futura. Perdu dans les limbes des premiers BBS (Bulletin Board System), on ne dispose plus guère de traces de ce forum originel. Même son créateur, Jean-Marc Royer, a quelque mal à dater sa première connexion. Une chose est sûre, nous sommes au XXème siècle, la petite boîte marron du Minitel s'apprête à débarquer chez les Français qui ne se doutent pas de grand chose. En ce début des années quatre-vingt, ce ne sont pas les prémices de l'annuaire électronique qui excitent les ados de l'époque, mais bien plutôt le boom de la micro-informatique.
« A 14 ans mon père à amené un ordi à la maison (il était dans l'informatique), je ne me rappelle plus du modèle, un gros bouzin, ça marchait sous OS – Operating System - CPM). J'ai trouvé ça rigolo. Le premier truc que j'ai fait fut d'appuyer sur la mauvaise touche et d'effacer complètement les disques systèmes, ce qui l'a planté pendant une semaine... Après je l'ai squatté pour faire des programmes de jeux en texte. Ensuite j'ai voulu avoir mon propre ordi pour ne plus le partager avec mon père, j'ai commencé avec un ZX81, mais c'était un peu limité (c'est le moins qu'on puisse dire). J'ai donc économisé pour m'acheter le top du top à l'époque un Apple II... »

Lire la suite

Calvados : la première communauté virtuelle française

Des copains avec Calvados

Des copains avec CalvadosPeut-être avez-vous déjà entendu parler de Calvacom, ce serveur télématique des années quatre-vingt et qui a pu donner un avant-goût de cyberculture à un certain nombre de pionniers chanceux. En revanche, son appellation d'origine Calvados est nettement moins passée à la postérité. On retrouve quelques bribes (récit et coupures de presse) de l'aventure sur le site de Lionel Lumbroso, son co-fondateur (http://www.lumbroso.fr). Inspiré des premières communautés virtuelles américaines comme The Source et de réseaux commerciaux tels que Compuserve, Calvados tire son origine de sa prédilection pour les ordinateurs à la Pomme !!! Proposer un service en ligne payant en misant sur un système d'exploitation (DOS) carburant au Calva relève d'une foi et d'un optimisme de cyber-charbonnier.

Lire la suite

Actuel entrouvre la porte de l'Internet

Internet : dans les filets du Minitel géant

Internet : dans les filets du Minitel géantVoici une véritable pépite issue de ma petite collection de souvenirs : le premier article expliquant au grand public ce qu'est le Réseau des réseaux. Internet : dans les filets du Minitel géant est paru en décembre 1993 dans Actuel.

Souvenez-vous, Actuel était ce mensuel issu de la culture underground qui aurait pu devenir la Bible de la communauté techno naissante, un peu comme le Wired qui était en train de naître de l'autre côté de l'Atlantique. Après son retour dans les kiosques au début des années quatre-vingt, le mensuel s'était rapidement intéressé à tous les débouchés de ce que l'on appelait déjà les « nouvelles technologies ». Ses créateurs avaient connu l'Inde et les vapeurs d'encens, ils faillirent découvrir le cyberespace.

Lire la suite

Wired : un zeste de happy few pour les many others

Wired 2.12

Wired 2.12Wired existe toujours : le magazine a un site, encore heureux ! Mais je ne lis plus Wired. Peut-être ai-je tort.
Je l'ai lu avec beaucoup d'attention, le déchiffrant patiemment, au milieu des années 90. A cette époque, Wired était véritablement la Bible, pour celui qui avait la chance de suivre les développements prometteurs du numérique.

Lire la suite

Haut de page